La maison des Lulus !

La maison des Lulus !

L'argile

Pour les enduits en terre et les mélange terre-paille, il nous faudra de l'argile.  Trois possibilités s'offrent à nous...

 

- Utiliser l'argile de notre terrain (gratuit) :

Par chance, nous avons sur notre terrain de la terre argileuse. Mais selon les endroits, elle n'est pas de même qualité, selon les proportions et selon ce à quoi elle est mélangée.

Par exemple, à l'entrée du terrain, on trouve de l'argile dite sablonneuse, donc de mauvaise qualité d'après le terrassier : la partie orangée (bien que ce soit très joli!!!).

 

 

A d'autres endroits, l'argile semble plus "pure", et est au toucher aussi maléable que de la pate à modeler (même si elle est beaucoup moins belle)...

 

 

Pour apprécier la qualité de l'argile, on fait donc des tests...

Nous allons sur le terrain prélever deux échantillons dans la terre argileuse extraite par le terrasier : le premier est visiblement très argileux ( à gauche), le deuxième paraît moins pur (à droite).

 

 

Dans deux pots en verre, nous remplissons à moitié de terre de chaque échantillon, puis nous complétons avec de l'eau, on mélange, on laisse "infuser" une heure, on secoue et on laisse décanter : le sable, plus lourd, se dépose rapidement au fond, puis l'argile (et entre les deux une toute petite couche de limon) et l'eau reste en haut. Très vite, les trois couches apparaissent, et avec les jours, l'eau s'éclaircit nettement : voici le résultat...

 

 

A gauche, le mélange le plus pur, à droite l'autre. Il faut ensuite mesurer sur la hauteur de matière solide la proportion d'argile pour connaître les mélanges à faire ensuite : celui de gauche est un mélange d'argile à 50% (très bon score ! ), celui de droite à 64% (finalement, plus important !).

Pour pouvoir utiliser cette argile, il faudra tamiser l'argile (pour enlever les gros éléments), refaire le test des proportions et ensuite faire des essais : il faudra forcément ajouter du sable dans nos mélanges, car la proportion d'argile idéale pour éviter les fissures est de 20 à 30% : l'argile en grande proportion craque en séchant, le sable est un liant qui évite cela quand il est en bonne proportion.

Nous aurons ensuite d'autres tests à faire : on fera des essais avec différentes recettes et avec différentes proportions de sable ajouté, voire avec de la paille broyée (pour fibrer le mélange, ce qui lui donne de la souplesse au séchage et limite aussi les fissures), et on verra les mélanges qui tiennent bien tout seuls.

 

- Acheter de l'argile :

Des entreprises commercialisent de l'argile, notamment en Vendée ou du côté de Chemillé, ce qui n'est pas trop loin pour un projet qui essaie de faire attention à l'énergie grise. Cette argile est vendue soit pure (à utiliser en faisant là aussi les mélanges nécessaires, mais sans tamisage), soit prêt à enduire (avec déjà du sable, des fibres, des pigments). C'est beaucoup plus pratique que les enduits maison, on économise du temps, mais ça a bien sûr un coût... et donc plus ou moins intéressant en fonction du temps et du budget qu'on a devant soi.

 

- Récupérer de l'argile :

Une astuce donnée par Gaëlle, qui a construit avec son conjoint Jérôme leur maison en paille : contacter les carrières. Après avoir extrait le sable et/ou le gravier, il reste de l'argile au fond de leurs cuves, qui ne leur sert à rien et est pour eux un déchet. Quelques fois par an, ils curent les cuves et enlèvent donc l'argile, qu'ils enfouissent, bien que cette argile soit de bonne qualité.

Pour leur maison, Gaëlle et Jérôme s'étaient donc approvisionnés auprès d'une carrière et n'avaient eu que la livraison à payer. Par chance, cette même carrière se trouve à 5km de notre terrain. Il faudra juste les prévenir quelques mois avant (pour que l'argile sèche un peu, car elle est gorgée d'eau quand les carrières les évacuent de leurs cuves).

Cette solution semble un bon compromis entre les 2 autres options, puisque l'on n'aurait plus qu'à faire des mélanges d'après des recettes "de base", ce qui n'est pas trop compliqué quand on a une argile pure (pas de proportion à calculer, pas de tamisage, moins d'essais de recette...), pour un coût a priori minime.

 

Fin juin 2012, on prélève un échantillon d'argile auprès de l'argile curée des cuves de la carrière de Montreuil sur Loir : l'argile a un bel aspect de pâte à modeler. On fait le même test qu'avec l'argile du terrain (voir plus haut), dont voici le résultat :

 

 

Tout en haut, de la poussière d'argile séchée, puis l'eau, puis l'argile.

En bref, il n'y a que de l'argile, ce qui signifie que l'échantillon d'argile est pur et qu'on n'aura pas besoin de tamiser !
La livraison d'environ 4m3 (environ 6 tonnes) est prévue pour le 5 juillet sur le terrain. On en aura pour aussi cher de livraison (on est à moins de 10km de la carrière...) que d'argile, c'est dire que le prix est quasi symbolique !

 
Le 5 juillet 2012 :
La livraison est faite au terrain : on a prévu une bâche sous l'argile, puis on en mettra une autre au dessus pour qu'elle sèche le plus possible et qu'elle ne se gorge pas d'eau de pluie.
 
 
Le tas est conséquent, et par endroit, selon comment les engins ont prélevé l'argile, on voit qu'elle est bien lisse et pure, de la vraie pâte à modeler !
 
 

Finalement, c'est 7.5t qu'on nous livre mais vu le prix de la tonne, le surcoût est minime, et cela nous évitera peut-être d'avoir à faire une autre livraison ultérieurement ?

 

 

 

En 2014, après avoir utilisé cette argile pour les mélanges terre-paille (remplissage) voir ici et pour les enduits sur les parties non visibles (derrière le fermacell) voir là, nous avons choisi de commander de l'argile pure broyée, car pour doser l'argile dans les mélanges, nous l'avons utilisée lorsqu'elle est sèche (sinon, le poids de l'eau fausse la donne), mais elle est alors en blocs et très dure.

Comme l'argile ne fond pas comme du sucre dans l'eau, car son côté imperméabilisant ne laisse pas l'eau rentrer jusqu'au coeur des morceaux, il faut soit la casser très finement, soit la faire fondre et briser les morceaux ramollis après trempage. Les deux solutions sont laborieuses et chronophages, et au final il reste souvent des boulettes d'argile qui gênent l'application de l'enduit. Le temps passé à préparer cette argile ne l'est pas à appliquer de l'enduit, ce qui représente un temps perdu conséquent après 2 ans et demi déjà en chantier, et ce temps représentant également des loyers et des intérêts intercalaires à force, nous avons donc choisi de commander de l'argile en poudre (2 big bag d'une tonne). Cette argile est plus facile à doser et l'enduit plus simple à préparer (aussi rapide que de l'enduit au ciment ou à la chaux) et à appliquer, et la dépense s'est avérée finalement moins importante que ce que nous craignions, et devrait être rapidement amortie en temps comme en argent.

L'argile livrée de la carrière nous a cependant bien servie (plus d'un tiers a été utilisé) ce qui aura été intéressant financièrement quand même, et nous continuerons à l'utiliser pour les mélange terre-paille car la présence de morceaux d'argile résiduels n'est pas gênant pour ce que nous avons à en faire.



26/02/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Maison, Déco & Bricolage pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres