La maison des Lulus !

La maison des Lulus !

Des matériaux adaptés pour du confort thermique

Un peu de théorie sur les notions clés du confort thermique...

Pour bien vivre dans une maison, différents paramètres entrent en ligne de compte : 

- la température : c'est un élément important, mais pas seulement. Pour une même température "confortable" de 20-21°C, dans les maisons "classiques", on se sentira parfois très bien, mais d'autres fois on n'arrivera pas à s'enlever la sensation de froid, car les mouvements d'air ou l'humidité entrent aussi en compte dans la sensation de bien-être thermique. C'est pourquoi l'étanchéité à l'air empêchera les entrées d'air froid, mais aussi les mouvements d'air désagréables (car de températures différentes).

- l'isolation : c'est la capacité d'un matériau à empêcher la température intérieure de s'approcher de celle extérieure en le traversant (garder la chaleur l'hiver, mais aussi la fraîcheur l'été). L'air est très isolant quand il est immobile, emprisonné dans des bulles ou couches successives (c'est pourquoi on a plus chaud avec plusieurs épaisseurs de vêtements qu'avec un seul gros pull).

- l'inertie : c'est la capacité d'un matériau à stocker les calories auxquelles il a été exposé. L'inertie permet un déphasage (diffusion de la chaleur ou fraîcheur) sur plusieurs heures, voire jours, même après l'arrêt de l'exposition aux calories. Cela permet de lisser les différences de températures entre la nuit et la journée. Ainsi, un barbecue "classique" sera froid depuis longtemps quand un autre en briques réfractaires (forte inertie) sera encore tiède ou chaud des heures après l'extinction du foyer. Les matériaux à forte inertie sont dits lourds, autant pour leur capacité d'inertie que pour leur poids réel (à l'inverse de l'isolation où souvent le matériau est d'autant plus léger qu'il est isolant).

- l'effusivité : c'est la propriété qu'a un matériau à absorber la chaleur et à être rapidement chaud : par exemple, la faïence (faible effusivité) est toujours froide et difficile à réchauffer, contrairement au lambris (forte effusivité), au contact, mais aussi par rayonnement, d'où la sensation, nu, d'avoir plus froid dans une salle de bain carrelée et faïencée que dans d'autres pièces de la maison.

 

En pratique, ce qui est souhaitable :

En complément d'une architecture selon les principes du bioclimatisme

(voir ici), les matériaux de la maison doivent répondre à certains principes selon leur positionnement : 

- l'enveloppe de la maison doit être très bien isolée en quantité et qualité (murs à isolation répartie ou isolation par l'extérieur) pour ne pas perdre la chaleur l'hiver ou la fraîcheur l'été.

- à l'intérieur (murs côté intérieur avant l'isolation, cloisons, sol, plafond...), il doit y avoir de l'inertie. Ainsi l'hiver, la chaleur, reçue du soleil au Sud ou d'une cheminée/d'un poële, chauffe la pièce et les habitants immédiatement, mais aussi en diffusant encore à basse température alors que la source de chaleur s'est arrêtée (la nuit). Inversement l'été, en aérant la nuit, la chaleur absorbée par les éléments à inertie pendant la journée est évacuée, et c'est la fraîcheur de l'air qui est stockée et diffusée la journée.

- dans certaines pièces, généralement peu chauffées par le soleil et très peu d'heures par jour par le chauffage, mais où l'on est cependant souvent nu (salle de bain et wc), mettre du bois permet de donner une sensation de confort plus rapidement que ce que permet l'inertie dans ces pièces (comme dans les pays scandinaves où les salles de bain sont souvent en lambris).

 

Et chez nous...

L'isolation : les murs seront à isolation répartie (ni intérieure ni extérieure, mais entre les montants de l'ossature bois sur toute l'épaisseur du mur) grâce à des bottes de paille (les brins étant perpendiculaires au flux de chaleur allant vers l'extérieur, la succession de brins constitue plusieurs couches d'air emprisonnées et donc une excellente isolation).

Pour ce qui est de l'inertie :

- la face intérieure des murs sera recouverte d'enduits en terre crue sur environ 3 cm, soit plus de 2 tonnes pour toute la maison. Ces enduits assurent, en plus de l'inertie, l'étanchéité à l'air des murs en paille, mais aussi la finition décorative (couleurs à définir...).

- la chape du rez-de-chaussée en chaux et sable fera 6 cm d'épaisseur (au total plusieurs tonnes pour toute la surface) et des carreaux de terre cuite constitueront le revêtement de sol (choix de formes et de couleurs variés pour la question de l'esthétique).

- certaines cloisons seront en Briques de Terre crue Compressée : à titre d'exemple, une BTC de 6x11x22 cm pèse 2.9 kg, ce qui fait plusieurs tonnes là encore une fois les cloisons montées...

=> Tout ce poids doit bien sûr être pris en compte lors de la réalisation des fondations : une maison à ossature bois est beaucoup plus légère qu'une maison maçonnée, mais le poids "ajouté" pour avoir de l'inertie n'est pas réparti de façon aussi homogène que dans une maison maçonnée, notamment au niveau des cloisons en BTC qui concentrent un poids conséquent sur une surface au sol réduite.

Pour l'effusivité :  il y aura probablement du lambris et/ou du parquet dans les salles de bain, mais ce n'est pas encore défini (cet aspect est aussi - et surtout ? - un élément décoratif, et ce n'est pas encore déterminé pour toutes les pièces).

 

Le bioclimatisme et le choix des matériaux nous permettront donc d'optimiser le confort thermique de notre maison, il ne manquera plus qu'un petit appoint de chauffage (un poële à granulés dans notre cas), ainsi qu'une VMC double-flux pour, en plus de ses autres fonctions, bien répartir la chaleur dans toutes les pièces !



03/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Maison, Déco & Bricolage pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres