La maison des Lulus !

La maison des Lulus !

Les cloisons

Il y a différents types de cloisons dans la maison :

- les cloisons en fermacell/isolant souple/fermacell (ou lambris) ;

- les cloisons en BTC (briques de terre compressée), ou en BTC/isolant rigide (liège)/fermacell ;

- la cloison banchée arrondie en terre-paille entre l'entrée et la cuisine.

 

- Les cloisons fermacell/isolant souple/fermacell (ou lambris) :

Ces cloisons suivent 2 principes de l'isolation phonique :

- masse-ressor-masse : pour casser le passage du son au travers d'une cloison (bruit aérien), la succession de différentes densités "éclate" l'onde sonore et donc atténue le bruit.

- on "désolidarise" : on agrafe de la bande résiliente, pour nous de la laine de mouton, sur les montants ce qui évite le contact direct entre les éléments solides de la cloison (montant et fermacell ou lambris), car c'est ce qui conduit le bruit et notamment ceux d'impact d'une pièce à l'autre. Ce principe est d'autant plus important que la surface de contact avec les montants est importante avec une ossature bois (moins gênant avec une ossature métallique).

L'ossature est en sapin non raboté qu'on ne traite pas (car non visible) en 5 cm.

Pour monter l'ossature, il faut une lisse haute et une lisse basse et des montants verticaux.

IMG_0944.JPG
L'entraxe maximal requis pour l'ossature avec du fermacell 12.5mm est de 62.5cm.

Comme les dimensions de panneaux d'isolation phonique (en ouate et textile d'isonat) sont de 120x60x4,5cm, les entraxes des montants sont espacés de 58 cm pour que les panneaux soient insérés légèrement à forcer et la section choisie est de 5 cm (les panneaux d'isolant choisis font 45-50mm ; les bandes résilientes de 5mm étant comprimées, elles sont négligeables dans le calcul).

Puis on agrafe de la bande résiliente préalablement découpée à la bonne dimension, ici par Delphine au rez-de-chaussée.

IMG_0964.JPG

On pose le fermacell d'un côté : les dimensions des plaques ne coïncident pas avec les entraxes de l'ossature, mais comme c'est du fermacell, qui plus est en 12.5mm et que les joints sont collés quand ils ne chevauchent pas un montant, cela permet une rigidité suffisante.

IMG_0475.JPG

Puis on coupe les panneaux d'isolant avant de les mettre en place

IMG_0482.JPG

puis le deuxième côté est recouvert avec les panneaux de fermacell pour fermer la cloison.

IMG_0481.JPG

Ou encore la même chose avec du lambris, ici dans la salle de bain de l'étage.

IMG_0463.JPG

 

- Les cloisons en BTC (briques de terre compressée), ou en BTC/isolant rigide (liège)/fermacell :

Les BTC apporteront de l'inertie à la maison et une touche esthétique authentique puisque nous avons choisi de les laisser apparentes.

Ce choix s'est fait dès la conception des plans avec l'architecte, car une BTC pesant 4kg, un mur pèse facilement plusieurs tonnes, ce qui nécessite d'avoir prévu deux murs de refend pour le soutenir (comme un mur de fondation, mais qui passe au milieu de la dalle).

Le sol fini arrivera au même niveau que le haut du mur de refend, qui ne sera donc pas apparent.

IMG_0501.JPG

Comme les BTC font 11 cm d'épaisseur, l'ossature est constituée de sections de sapin rabotées en 13 cm (par 5 cm). Les montants restant apparents (aspect colombage), ils seront "vulnérables".

On les a donc préalablement traités avec un traitement naturel contre les xylophages (à base d'huiles essentielles).

C'est Marylène qui s'en est chargée à la fin de l'hiver 2013 : nous avions à peine commencé à isoler la maison et il n'y avait que des bâches pour couper les courants d'air et le froid...

IMG_0945.JPG

Puis l'ossature est montée, ici par Joël, Christophe et Ludo.

Elle est constituée d'une lisse haute et d'une lisse basse et de montants verticaux, dont l'entraxe a été calculé de telle façon qu'il y ait 3 BTC entre chaque poteau, pour minimiser les coupes et les pertes de BTC.

IMG_0948.JPG

Comme les montants restent apparents, Joël les a chanfreinés avant de monter l'ossature.

IMG_0954.JPG

Pour ces cloisons, les principes de masse-ressor-masse et de désolidarisation ne sont pas mis en application, puisque ces cloisons sont situées entre le séjour et la cuisine (ouverte) ou sous l'escalier. Elles sont même ouvertes et n'ont pas vocation à constituer une séparation ou une isolation phonique, sauf éventuellement entre le cellier et le séjour, mais il ne devrait pas y avoir d'appareil bruyant dans le cellier.

Les montants et les BTC constituent donc la seule séparation entre les pièces.

En revanche, bien que nos toilettes soient sèches et a priori moins bruyantes (pas de chasse d'eau), nous avons choisi d'appliquer les principes d'isolation phonique pour la cloison entre la chambre et les toilettes, avec du fermacell (et des bandes résilientes contre les montants) et 2cm de liège expansé en plaque.

IMG_0498.JPG

De fins tasseaux ont été fixés par Ludo en vue de la pose des BTC : une encoche sera pratiquée dans celles-ci pour le tasseau, ce qui renforcera la stabilité de la cloison sur toute sa hauteur.

Thibault, le frère de Ludo qui est maçon, nous fait une petite démonstration de la pose ici :

Et voilà le résultat pour les premières BTC...

IMG_0369.JPG

Mi-septembre 2014, Ludo finit la pose dans les toilettes.

IMG_0563.JPG

Et fin novembre, il finit la pose dans la cage d'escalier !

IMG_0656.JPG

 

- La cloison banchée arrondie en terre-paille entre l'entrée et la cuisine :

Nous souhaitions créer une entrée avec un placard, et nous voulions aussi amener une courbe dans notre maison bien droite. Nous avions fait l'expérience chez Patrick et Marie de la liberté de création qu'offre le terre-paille pour les cloisons, et nous avions trouvé la recette adéquate avec notre argile de carrière et nos chutes de paille voir ici.

Joël nous fabrique un coffrage en arrondi,

IMG_0545.JPG

celui pour la partie droite est constitué de  simples planches.

Le coffrage est mis en place avec des serre-joints le long des montants d'ossature, sur lesquels des pointes sont enfoncées pour assurer la cohésion du remplissage avec le bois.

IMG_0553.JPG

Le terre-paille est mis en place et tassé avec des morceaux de bois, et quand on décoffre...

IMG_0555.JPG

Quelques hauteurs de banches plus tard (les couleurs différentes sont dues aux différences de séchage des différentes couches)...

 

IMG_0576.JPG

La cloison arrondie montera jusqu'au plafond, la partie droite seulement à la moitié, ce qui permettra de créer un placard côté entrée pour la partie inférieure, et un placard côté cuisine pour la partie supérieure.

Fin novembre 2014, la cloison est finie, il restera à l'enduire après séchage complet (et après que la terre cuite aura finie d'être posée).

IMG_0680.JPG

Joël s'occupe de l'intérieur du placard.

Côté séjour :

IMG_0795.JPG

La partie basse servira de penderie, la partie haute accueillera des étagères pour faire des rangements.

Côté cuisine, avec Joël pris sur le fait :

IMG_0796.JPG

Ensuite, on applique un enduit de corps et l'enduit de finition voir là.



17/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Maison, Déco & Bricolage pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres