La maison des Lulus !

La maison des Lulus !

Les eaux de pluie

Pour avoir une maison bien au sec, le principe de base est le suivant : avoir un bon chapeau et de bonnes bottes !

 

Se protéger de l'eau qui tombe du ciel...

- Les murs :

Le garage et 3 façades de la maison sont protégés de la pluie par le bardage à l'été 2013 (avec un pare-pluie derrière voir ici), et la façade Sud de la maison par l'enduit.

Sur cette façade, très exposée à la pluie qui tombe du Sud-Ouest, le débord de toit protège en partie le haut du mur et la casquette le bas.

- Le toit :

La couverture de la maison (juillet 2012) est en ardoises voir là et celle du garage en EPDM (novembre 2012) voir ici.

Pour le garage qui a une toiture plate, des couvertines provisoires sont posées (blanches, voire photo plus bas) le temps de commander les définitives, mais surtout pour ne pas abîmer les définitives pendant l'étape du bardage, à l'été 2013.

La longue saison des pluies passée, nous commandons le nécessaire : des couvertines alu aspect zinc. Ainsi nous aurons un aspect similaire à celui des gouttières et des appuis de fenêtres en zinc, mais nous ne les commandons pas en zinc, car sur de grandes longueurs, la chaleur et donc la dilatation du zinc le rendent cassant.

Une fois les couvertines provisoires enlevées, on retrouve ceci : EPDM en noir à gauche, puis retour du pare-pluie en gris sur le bois de l'ossature, lame d'air avec les tasseaux et le dessus du bardage tout à droite.

IMG_0335.JPG

Pascal, mon père, bardeur et couvreur en étanchéité, pose les couvertines définitives en avril 2014.

Il y a une légère pente sur la face supérieure des couvertines pour que l'eau coule vers l'intérieur, et un pli (jet d'eau) permet à l'eau d'être évacuée à l'écart du mur. Côté extérieur, un pli permet d'éviter à l'eau de stagner (anti-goutte d'eau).

Le résultat est discret puisque aucune vis n'est visible (elles sont toutes en face interne, et il y en a quelques unes au dessus, pour les angles).

IMG_0356.JPG

 

Evacuer l'eau...

Les gouttières de la maison en zinc sont posées par Pierre notre charpentier en novembre 2013.

IMG_0430.JPG

Celle du garage, également en zinc, est posée par Pascal, début mai 2014.

IMG_0375.JPG

Tant que le tour des fondations n'était pas remblayé, c'est là que s'évacuaient les eaux de pluie (EP), pouvant même aller jusqu'au haut du parpaing posé debout.

IMG_0424.JPG


Récupérer la précieuse eau...

Dès que possible, nous installons une cuve de récupération de 1000L, raccordée à 2 des 3 gouttières, pour utiliser cette eau plutôt que celle du réseau pour les enduits ou le remplissage terre-paille. Bien entendu, vues les fortes pluies tout le long du chantier, celle-ci est vite pleine et notre consommation à ce moment-là n'est pas suffisante pour éviter le surplus.

IMG_0388.JPG
Le surplus d'eau, l'eau de la 3ème gouttière et les eaux de surface se drainent par le sol progressivement mais stagnent tout de même sur une hauteur conséquente, et quand le niveau est trop élevé, elles s'évacuent au Sud via la tranchée technique qui n'est pas complètement remblayée non plus.

Au printemps 2014, il est temps de dire adieu à nos douves...

Le terrassier vient remblayer les fondations et la tranchée technique, poser les drains, mettre du gravier, installer les regards en bas de chaque gouttière (dont Ludo coupe le couvercles) et connecte le réseau d'eaux pluviales.

La gouttière du garage et celle du Nord de la maison sont reliées à un tuyau PVC qui passe sous la maison (voir dernière photo de cet article) et ressort au Sud, d'où l'eau part vers la cuve, tout comme celle de la gouttière Sud par le Y pas encore relié ici.

IMG_0572.JPG
Toutes les eaux de pluie de toiture arrivent via des tuyaux PVC à une cuve de 5000L que le terrassier enterre.

IMG_0567.JPG

Le trop-plein de la cuve repart vers la tranchée technique, tout comme le drainage des eaux de surface (par précaution, le terrassier nous conseille de ne pas récupérer ces eaux qui peuvent contenir les pesticides des champs voisins ou des traces d'excréments puisque nos voisins en amont, qu'on adore néanmoins, sont des chevaux...).

IMG_0574.JPG

Nous utiliserons l'eau de cette cuve pour les enduits pendant le chantier, puis pour le jardin et le potager. Nous avions choisi de ne pas récupérer l'eau pour l'usage dans la maison car nous avons des toilettes sèches.

De plus, pour l'eau du lave-linge, elle viendra du ballon d'eau chaude, chauffée par le soleil, et qui nécessite donc de l'eau potable : nous avons choisi de privilégier l'économie d'énergie (consommation importante pour un lave-linge) à l'économie d'eau pour ce poste (d'autant plus que les nouvelles générations d'appareils électroménagers consomment de moins en moins d'eau). Ce choix permet d'économiser à la fois de l'argent et de l'énergie.

Nous serons certes reliés à un fournisseur d'énergies vertes qui ne faot pas travailler les centrales nucléaires, mais même quand elle est verte, l'énergie la moins chère, économiquement et écologiquement, est celle que l'on n'utilise pas (cf l'association négawatt).

 

Se protéger des infiltrations par les eaux de surface...

Les enduits de soubassement (en ciment, comme les parpaings), faits au printemps 2013, protègent les fondations des infiltrations d'eau.

Au Nord du garage et de la maison (ainsi que sur un côté du garage), l'enduit va jusqu'à la semelle des fondations, car c'est de ce côté que ravinent les eaux du terrain en amont.

IMG_1178.JPG
Le long de ces 3 murs, après le remblai au printemps 2014, un drain (vert, perforé par dessous, voir explication ici) est posé dans du gravier pour récupérer les eaux de surface,

IMG_0545.JPG

ce drain est ensuite relié directement à l'évacuation des eaux pluviales (tout comme le trop-plein de la cuve, photo plus haut) qui, dans notre commune, se fait directement au caniveau.

IMG_0557.JPG
Si de l'eau s'infiltrait néanmoins par les fondations sous la maison, l'enduit des autres façades ne va pas jusqu'en bas de la semelle, l'eau peut donc s'évacuer hors des fondations en aval, notamment au Sud (le terrain est en pente dans le sens Nord-Sud, sens d'écoulement des eaux de surface).

Et enfin, pour éviter les remontées par capillarité dans la dalle et les murs de la maison, nous avons mis un hérisson ventilé sous la dalle, voir là. Ce hérisson ventilé, dont la sortie d'air est fermée pendant le chantier avec 2 coudes et un bouchon sur cette vue au Nord, se trouve plus haut que le drain et que le réseau d'eaux pluviales (tuyau qui part du regard et traverse la maison pour sortir en façade Sud et rejoindre la cuve)

IMG_0546.JPG

Au printemps 2014, tout le réseau d'évacuation d'eaux pluviales et de drainage est achevé, l'extérieur a meilleure allure et on peut déjà imaginer comment ça sera plus tard...

IMG_0365.JPG

La bâche au Sud ne sera pas là indéfiniment, il manque 5 cm de gravier de finition et l'herbe n'a pas poussé, mais on s'y croirait, non ?



27/04/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Maison, Déco & Bricolage pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres